Egalité entre les femmes et les hommes

Monsieur le Président, Cher·e·s collègues, 

Il y a plusieurs indicateurs positifs dans le rapport qui nous est présenté aujourd'hui. 

Le Conseil départemental soutient et accompagne plusieurs actions en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, mais nous souhaiterions qu’il soit davantage à l’initiative. 

Être à l’initiative signifie mettre en place et impulser des actions de sensibilisation. 

En matière de sport, la participation de 26 000 € du département nous paraît faible, au regard des enjeux, notamment pour mener des initiatives dans les quartiers politique de la ville ; avec plus de 220 000 licencié·e·s en Morbihan, c'est un accès large à notre population pour faire avancer cette cause. 

De manière encore plus forte, nous devons intensifier les actions de promotion de l’égalité entre les filles et les garçons dans les collèges.

Aujourd’hui, la participation financière du département sur les actions dans les collèges représente seulement 58 400 €.

Soit moins de 700 € par an pour chaque collège du Morbihan. 

Des livrets pédagogiques existent mais nous devons aller plus loin, en travaillant  avec les Comités d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté, les CESC.

De plus, le sujet de la trans-identité ne doit pas rester dans l'angle mort de cette politique.

Il y a des acteurs capables de former et proposer des outils pour penser ce sujet en le mettant à hauteur des 37 000 collégiennes et collégiens. 

Enfin, sur ces thématiques où nous devons nous améliorer, développons une vision plus transversale avec les acteurs sociaux, les acteurs sportifs, les collégiens, en s’associant, par exemple aux dispositifs de l’éducation nationale tel que le Projet PHARE (plan de prévention du harcèlement à destination des écoles et des collèges). 

Nous proposons de porter cette volonté par le biais des administrateurs de collèges que nous sommes, cher·e·s collègues, dans nos cantons. 

Le drame récent de la collégienne sur le territoire Lorientais doit nous alerter sur le fait que le sujet du harcèlement et des relations Femmes / Hommes n'est pas le sujet des métropoles ou des quartiers dit sensibles. Cela nous concerne toutes et tous. 

Nous avons signé le 17 septembre dernier le Plan Départemental de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation avec Monsieur le préfet et les services de l'état. 

En tant que représentant de l'Association des Maires de Morbihan, j'ai participé à la rédaction de ce plan.

Durant les nombreuses séances préalables de travail, la présence du département, notamment du côté politique, a été noté comme faible. 

Nous nous en désolons. 

Ce qui en est ressorti est que le rôle de coordinateur, le rôle de leader qui doit être celui du Conseil Départemental doit maintenant être mise en œuvre au-delà des effets d'annonces et des photos sous les ors de la République. 

Nous ne souhaitons pas un énième plan d'urgence, Monsieur le Président. 

Soyons ambitieux et faisons de l’égalité entre les femmes et les hommes un enjeu transversal de ce mandat avec l’objectif de sensibiliser un maximum de Morbihannais. Utilisons les dispositifs existants en y mettant un poids politique et financier fort.

Boris LEMAIRE

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK