Soutenons les aide à domicile

Monsieur le Président, Cher-e-s collègues, 

Nous ne pouvons que nous satisfaire que cette mesure soit proposée à notre Assemblée aujourd’hui et vous l’avez compris nous voterons favorablement ce bordereau.

Cependant nous ne pouvons que déplorer, et je pense que vous, Monsieur le Président et chers collègues, le partagez, qu’il aura fallu attendre une crise sanitaire inédite pour que les difficultés du secteur des aides à domicile trop longtemps oubliées, soient enfin mises en lumière !

En effet, ces travailleurs et travailleuses mobilisés en première ligne constituent souvent le seul lien avec l’extérieur pour les personnes en situation de dépendance vivant encore à leur domicile. Ce métier riche humainement exercé majoritairement par des femmes (97%) joue un rôle décisif dans la réduction de la charge qui pourrait peser sur les hôpitaux et les structures d’hébergement. Alors doit-il être exercé au rabais ? Est-il acceptable que seulement 43% de ces aides à domicile accèdent à une rémunération conventionnelle supérieure au SMIC après 17 ans d’ancienneté et souvent sur des temps incomplets ?

Il y a donc urgence à redonner de l’attractivité salariale à ces métiers car comme cela a été dit dans le discours de politique générale, nous n’avons pas vraiment le choix. C’est un impératif social, au regard de nos besoins avec une population vieillissante (253 000 Morbihannais âgés de plus de 60 ans). 

En effet, pour faire face à la perte d’autonomie, les Morbihannais sont nombreux à faire appel aux services d’aide à domicile et cela va continuer. Alors, sans action de notre part, nous prenons le risque d’avoir des départs d’aide à domicile vers d’autres structures et aussi de voir tarir l’offre faite à nos habitants. 

Le secteur de l’aide à domicile va fortement recruter dans les années à venir. L’aide à domicile serait un métier d’avenir !

Pour autant l’attractivité de ce métier ne se fera pas qu’avec la seule revalorisation salariale. Attention aux effets d’annonces, c’est important de savoir combien d’aides à domicile bénéficieront véritablement de la hausse de 200 euros qui est réservée aux personnes en activité à temps plein. Beaucoup subissent un travail à temps partiel. Et notons également que cette revalorisation salariale ne représente qu’un rattrapage de la perte de pouvoir d’achat enregistrée depuis des années.

Les aides à domicile souhaitent être reconnues, obtenir de meilleures conditions de travail et se projeter dans un vrai déroulement de carrière. Cela passera, entre autres, par des plans de formation et des aides matérielles. Elles seront alors les meilleures ambassadrices pour ce métier auprès des jeunes générations.

Myrianne Coché

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK